top of page

Avril 2023 : une mineure de 14 ans violée, séquestrée et forcée à se prostituer dans les Yvelines

Du 17 au 21 avril 2023, trois hommes ont été entendus devant la Cour d'Assise des Yvelines,  accusés de proxénétisme sur mineur de 15 ans, chef d’accusation auquel s’ajoutent ceux de séquestration et de viol pour l’un d’eux.


Les faits datent de mai 2019. La victime, âgée de 14 ans et qui avait fugué de son foyer d’accueil, a rencontré un homme âgé d’une vingtaine d'années à La Défense. Celui-ci lui a proposé de venir chez l’un de ses amis. Arrivée là, la jeune fille a été droguée par les deux hommes, qui ont ensuite pris des photos d’elle dénudée et les ont postées sur les sites d’annonces en ligne SEXEMODEL et WANNONCE. Ces deux individus l’ont ensuite forcée à se prostituer durant plusieurs jours dans un appartement loué via le site BOOKING. Un des hommes l’a également contrainte à lui faire des fellations, alors qu’elle était dans un appartement fermé à clef afin de l’empêcher de sortir. Une plainte a été déposée par la victime en 2020.


Selon Armelle Le Bigot-Macaux, présidente de l’ACPE « Cette affaire est doublement emblématique et indigne. Du rôle, une fois de plus déterminant, des sites de petites annonces tels que Wannonce et Sexemodel, dans le parcours de prostitution des jeunes victimes; mais également de la facilité avec laquelle des jeunes en situation de faiblesse peuvent se faire piéger par des prédateurs. La sensibilisation demeure, plus que jamais, un combat à mener. »


Au regard de la gravité des faits, l'ACPE a décidé de se constituer partie civile aux côtés de lavictime en août 2020. Cette action est aujourd’hui nécessaire dans notre lutte contre la prostitution des mineurs et les violences sexuelles. L’ACPE est représentée par Me Pierre-Philippe BOUTRON-MARMION dans le cadre de son partenariat avec l’Alliance des Avocats pour les Droits de l’Homme (AADH).


Si l'un des trois prévenus a été acquitté, les deux autres protagonistes ont étérespectivement condamnés à 5 et 10 ans d'emprisonnement pour proxénétisme aggravé.


Les faits de viols et de séquestration n'ont, quant à eux, pas été retenus.


Lien de l'article :


16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page