top of page

Février 2023 : A Gap, un directeur de SEGPA poursuivi pour corruption de mineur et détention d’images pédopornographiques

Dernière mise à jour : 24 janv.

Le 9 février 2023, l’association Agir Contre la Prostitution des Enfants et les violences sexuelles (ACPE) était présente à l’audience en tant que partie civile devant le Tribunal correctionnel de Gap. Le prévenu a été jugé pour des faits de corruption de mineur, sollicitation d’images pédopornographiques commis à l’encontre d’une victime de moins de 15 ans, ainsi que pour des faits de détention d’images pédopornographiques et de consultation habituelle d’un service de communication en ligne mettant à disposition des images pédopornographiques.


L’enquête a débuté en 2020, à la suite d’une plainte déposée par une mineure. Elle a été contactée via les réseaux sociaux par le prévenu, se faisant passer pour un jeune homme de 20 ans et utilisant une fausse identité. Il lui demandait alors des photos et vidéos d’elle nue. Au cours de l’enquête, des images et vidéos à caractère pornographique ont été retrouvées dans son ordinateur. Le prévenu, directeur d’une Section d’Enseignement Général et Professionnel Adapté (SEGPA) dans un collège à l’époque des faits, a été placé en détention provisoire en mai 2021.


Selon Armelle Le Bigot-Macaux, “les faits dans cette affaire sont dramatiques, d’autant plus que le prévenu est un directeur d’une SEGPA au contact régulier de mineurs en difficulté. “ Dans le cadre de son partenariat avec l’Alliance des Avocats pour les Droits de l’Homme, l’ACPE était représentée par un avocat du cabinet Vigo.


Liens vers les articles :





28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page