top of page

La prostitution des mineurs et l’univers du numérique

Dernière mise à jour : 24 janv. 2023



On a souvent l’image des personnes prostituées dans la rue, mais en réalité, aujourd’hui, la prostitution se déroule principalement via Internet. En 2015, une étude du Mouvement du Nid estimait que 62% de la prostitution passait par Internet, et ce taux n’a probablement fait qu’augmenter au fil des années.


Le numérique agit sur plusieurs aspects de la prostitution, mais tout particulièrement sur le recrutement et la mise en relation avec les clients.

Les jeunes, premiers utilisateurs des réseaux sociaux et également très vulnérables à leurs dangers, sont particulièrement touchés.


Pourquoi Internet favorise-t-il les comportements à risque ?

En amont de la prostitution, Internet peut avoir une influence sur la sexualité des mineurs.

En effet, Internet et l’accès aux smartphones exposent les jeunes plus facilement à des contenus pornographiques en ligne. Ces contenus, très souvent sexistes, participent d’une part à la banalisation d’actes sexuels et d’autre part à la réification du corps, c’est-à-dire sa réduction à l’état d’objet. Le corps est rendu marchandisable et le sexe devient un objet d’échange.


Il y a également une banalisation et une glamourisation de la prostitution. Cela est facilité par Internet et les représentations médiatiques des femmes qui se sont fait connaître grâce à la prostitution, telle que Zahia Dehar, l’ancienne mineure prostituée.

Internet favorise également ce que l’on appelle les conduites prostitutionnelles « virtuelles ». C’est le cas par exemple des camgirls. Légalement, il ne s’agit pas de prostitution puisqu’il n’y a pas de contact physique avec le client, mais la camgirl marchande son corps à des fins sexuelles. Ces pratiques ont d’ailleurs souvent le même impact psychologique sur les victimes que la prostitution.


Si ces comportements sont adoptés plus facilement sur Internet, c’est parce qu’il y a une illusion de sécurité apporté par le virtuel. Les adolescents sont dans leurs chambres et se croient invulnérables car ils malheureusement peu informés sur les risques liés à ces différents comportements.


En quoi Internet rend-t-il les potentielles victimes plus vulnérables ?

Les proxénètes, souvent jeunes voire mineurs, sont des habitués des réseaux sociaux. Ils savent en utiliser les codes pour arriver à leurs fins. Internet permet de facilement entrer en contact avec des potentielles victimes.


Les proxénètes repèrent les mineures vulnérables et entrent en contact avec elles via messages privés. Parfois, ils postent des annonces sur Instagram ou Snapchat, en affichant des photos de liasses de billets. Ils prétendent avoir un bon plan pour se faire de l’argent facile, et invitent les jeunes filles à les contacter pour en savoir plus.


Souvent, ils se montrent bienveillants afin de plus facilement duper la victime par la suite. Ils n’évoquent pas directement la prostitution, mais parlent plutôt d’escorting, ou n’explicitent pas l’aspect sexuel. Les jeunes filles, mises en confiance, sont donc plus à même d’accepter et de tomber par la suite dans la prostitution.


Pourquoi Internet facilite-t-il l’organisation de la prostitution ?

En France, la prostitution des mineurs et des majeurs se déroule principalement via Internet.

Les proxénètes postent des annonces sur des sites proposant officiellement des massages ou de la compagnie. En réalité, ce sont des annonces de prostitution, déguisées avec plus ou moins de subtilité. Parfois, les annonces sont même postées sur des sites de rencontre classiques ou des réseaux sociaux.


Dans le cadre de la prostitution des mineurs, la mise en relation avec le client est donc facilitée par Internet. En effet, ces sites permettent de poster des annonces et d’attirer des clients sans prendre le risque de mettre des mineures sur la voie publique, où elles seraient repérables plus facilement par les autorités.


Enfin, en dehors des annonces, Internet favorise l’organisation logistique de la prostitution. Les proxénètes peuvent par exemple louer des appartements sur des plateformes connues comme airbnbs, où auront ensuite lieu la prostitution.


Ainsi Internet influence donc plusieurs aspects de la prostitution des mineurs : la banalisation, le recrutement, l’organisation. Il est donc urgent de faire une meilleure prévention auprès des jeunes sur les risques du numérique. Il est également important de responsabiliser voire de pénaliser les sites internet qui tirent profit des activités de prostitution.

23 vues0 commentaire
bottom of page